mercredi 30 novembre 2011

DESIGN - Pure laine

Vous croyez que la laine est devenue une matière vieillotte et dépassée ? Faut croire que non. Après le "Street Art Couture"*, meubles et intérieurs aussi s'habillent chaudement. Mettons un peu de douceur dans ce monde de brutes... et dites-vous bien que tout est prétexte pour tricoter et adoucir son intérieur !


Chaise GrannyGérard Wantz, Claire Desbois et Rodrigo Bertollo (Trio WA.DA.BE)

Horloge Gomitolo en laine - Design Carlo et Benedetta Tamborini

Suspension Matt tricotée - Serendipity

Suspension Granny en laine - Design Pudelskern

Tabouret fait à la main en crochet de coton et intérieur laine - Anne-Claire Petit
* "Street Art Couture": Cf. post du 8 novembre 2011

DESIGN - Animal

L'hiver arrive et le froid ne s'est pas fait attendre. Pour affronter la rigueur hivernale et se lover tendrement dans la douceur, rien de mieux qu'un siège accueillant dans lequel on peut se blottir... bestialement. Pour cela, optez pour un design à l'étreinte animale !!

Rocking-chair Stringray en bois. Design Thomas Pedersen

Rocking-chair J. J. -  Design Antonio Citerrio

Fauteuil Tre Pezzi Wool - Cassina

Fauteuil Flag. Design Hans Wegner

vendredi 11 novembre 2011

RESTAURANT - L'ébauchoir

Cela fait maintenant plusieurs années que je vais régulièrement à l'Ebauchoir. Ce restaurant est presque devenu ma cantine ; même si je l'ai quelque peu délaissé ces derniers temps. Mais j'avais une bonne raison : j'attendais Adam, et l'Ebauchoir est le lieu où il fait bon manger mais où il fait aussi bon boire !! Sa carte des mets comme ses vins sont irrésistibles et y aller enceinte était un vrai supplice ... de privation. Car comment se passer de la Purée aux Truffes, de la Tatin de Boudin, de son Château Yvonne (vin blanc)....

L'Ebauchoir - 43-45 rue de Citeaux à Paris 12ème - est un Restaurant-Bistrot, où on y mange fabuleusement bien et où on y boit tout aussi bien. Le paradis des bons mangeurs. Une cuisine fraiche et inventive menée d'une main de maître par Thomas Dufour (chef qui a fait ses armes avec Alain Passart à "l'Arpège"). Des vins à découvrir et à boire et dont la carte est tenue par Thierry Bruneau (ancien sommelier chez Prunier). En salle, une fine équipe conviviale et sympathique. Une belle réussite et un excellent moment à passer. Un restaurant que je recommande depuis des années et que je continue de recommander...une belle table dans l'ancien quartier des ébénistes du Faubourg St Antoine (d'où son nom "l'Ebauchoir").

- Thomas Dufour -

Je me souviens, gamin, des petits-déjeuners festifs de ma mère et de ces grands repas bruyants et jovials que mon père organisait pour ses amis. Cet art de composer de la cuisine pour les autres, j’ai ressenti très tôt l’envie d’en faire mon métier. Après un apprentissage à Paris, j’ai eu le désir de travailler avec des «grands», dans des enseignes renommées : au «Laurent» sur les Champs-Elysées, à «L’Oustau de Beaumanièire» en Provence et chez Alain Passard à «l’Arpège». C’est là que j’ai puisé confiance et savoir-faire pour affûter ma pratique de la cuisine et de la pâtisserie.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai repris en 95 les fourneaux de «l’Ebauchoir», bien décidé à continuer à faire de ce lieu un endroit fort du marché d’Aligre et le théâtre de mes envies.
Ainsi, je m’efforce de proposer une cuisine traditionnelle mais inventive, raffinée mais simple, dans une ambiance chaleureuse et conviviale.
Et quand un client tombe en pamoison devant un de mes plats, en toute simplicité et en toute modestie, j’ai la délicieuse sensation d’être heureux.

- Thierry Bruneau-
Je suis né dans le vin. Fils d’une famille de vignerons depuis trois générations,
j’ai grandi à St Nicolas de Bourgueil. La taille des vignes, les vendanges de septembre et les mises en bouteilles, tel était mon univers d’enfant passionnément expliqué par mon grand-père. Premier emploi de sommelier au «Château de la Jonchère» puis au restaurant «Le Domarais», chez «Prunier» et enfin au «Brin de zinc» ou je suis responsable de la carte des vins. En 1990, je m’envole pour les Etats-Unis pour travailler à Washington d.c chez le chef Michel Richard au restaurant «Citronnelle». Mon savoir faire s’affirme et l’on me demande à San Francisco, à Baltimore, à Philadelphie puis à New York chez «Patroon» avec le chef Geoffroy Zackarian pour élaborer une carte des vins du monde.
15 ans après, de retour sur Paris, Thomas me propose de m’associer et de m’occuper de la salle et du vin.
Depuis, quand un client tombe en pamoison devant un vin de terroir choisi par mes soins, en toute simplicité et en toute modestie, j’ai la délicieuse sensation d’être heureux







lundi 7 novembre 2011

ART - La FIAC 2011


La Fiac 2011 s'est tenue au Grand Palais (et non dans la Cour Carrée du Louvre pour cause de travaux) où elle a réunit 168 exposants. Vous trouverez ici quelques oeuvres à tous les prix et donc pour tous. De l'insolite, du beau, du célèbre, du nouveau et... des choses étonnantes à des prix détonnants ! Comme quoi dans l'art contemporain, il y en a pour tous les goûts et tous les portefeuilles.


0,75€ - State of Palestine, Khaled Jarrar


2 300 000€ - Spielende Badende, Ernst Ludwig Kirchner

2 600€ - Firm Being (Ebony Touch), Pamela Rosenkranz

3 500€ - Giacomo, Ernesto Sartori

1 000 000€ environ - Personnage pour Washington Parade, Jean Dubuffet

5 000 000€ - Skull (Crâne), Jean-Michel Basquiat

1 500 000€ - Jeux d'enfant,Joan Miro

60 000€ - Sans titre (El Asno), Pilar Albarracin

20 000€ - Scion, Gerhard Marx 

75 000€ - Platée "Soyez amoureuses, vous serez heureuses",  Alain Séchas

400€ - Bau, Suzuki Takashi
9 800€ - Bow Human, Pamela Rozenkranz

240 000€ - The Lovers, Bill Viola